VR DaysIntelligence artificielleDossier

Virtual beings et êtres virtuels aux VR Days

Virtual Beings aux VR Days 2019

Cette année, nous avons pu voir une explosion des êtres virtuels (virtual beings en anglais) dans l’éducation, le divertissement, le secteur entreprise et la formation. Ces êtres n’ont pas seulement changé la façon dont nous faisons les choses, mais aussi comment nous percevons nos propres réalités. Les virtual beings ont dépassé le stade des robots incultes qui manquaient de familiarité et de sentimentalité et sont désormais considérés comme des véhicules du XXIe siècle vers l’empathie et la compassion.

La naissance des virtual beings

Les virtuals beings sont présents sur nos réseaux sociaux (Lil Miquela), nous aident à naviguer dans les complexités sociales (Talespin), nous permettent de donner sens à notre identité (Facemoji), et estompent les limites entre l’intelligence artificielle, l’animation et l’humain (DI4D). Avec des personnages virtuels qui sont créés tous les jours, ces êtres deviennent de nouveaux partenaires, nous aidant ainsi à comprendre notre monde réel et notre propre condition humaine.

Play2Speak et PlusOne sont en mission pour révolutionner l’apprentissage des langues, en combinant l’intelligence de la réalité virtuelle, de l’IA et des virtual beings. Avec l’objectif d’améliorer le taux de réussite de la rétention de l’apprentissage des langues, les deux entreprises veulent confronter les obstacles des participants : le manque de pratique avec des natifs, et le sentiment de gêne que certains ressentent en parlant. Les simulations en réalité virtuelle avec des êtres virtuels sont une solution en offrant aux apprenants un environnement de pratique entièrement virtuel ainsi qu’un temps de pratique, tout cela en restant chez soi ou au bureau, dans un lieu rassurant. L’interaction avec des êtres virtuels en réalité virtuelle représente le futur dans l’expérimentation de la langue “pragmatique” (c’est-à-dire l’apprentissage basé sur des situations réelles) dans un environnement immersive.

Utiliser les virtual beings dans des secteurs d’activité

La vision de Talespin pour l’avenir du travail consiste à être de meilleurs humains avec une intelligence émotionnelle et une empathie plus grandes, couplées avec des capacités communicatives intensifiées et une meilleure conscience culturelle. Pour répondre à ce besoin, Talespin utilise la réalité virtuelle et l’IA pour fournir des formation en communication et leadership dans un environnement virtuel avec des virtual beings. Le but de Talespin est d’encourager la prochaine génération d’employés à prendre de meilleures décisions en se basant sur des expérience réelles.

Comme chaque formation est unique, Talespin travaille directement avec ses clients pour créer des scénarios et des personnages personnalisés qui remplissent leurs besoins. Une organisation peut vouloir tester une potentielle réaction d’un employé à un problème client, tandis qu’une autre peut vouloir utiliser la technologie pour former ses équipes à la sécurité sur le lieu de travail. À travers l’apprentissage expérientiel, les apprenants sont exposés à une situation dans une simulation sans danger dans laquelle ils peuvent pratiquer et améliorer leurs réponses à l’infini.

Le futur de la réalité virtuelle avec les virtual beings

Est-ce que les humains virtuels s’étendent jusqu’à incarner des personnages issus du cinéma ou des jeux-vidéos ? Cortona, le personnage de fiction doté d’IA issu du jeu vidéo Halo existait bien avant la réalité virtuelle et les hologrammes. Aujourd’hui, les entreprises de capture de jeu comme DI4D estompent la frontière entre humain, animation et IA. “Nous sommes maintenant capables d’avoir des animations du visage très réalistes et hautement fidèles pour des applications en réalité virtuelle. Je pense que c’est une fonctionnalité très enthousiasmante pour faire des expériences en VR plus personnelles. On peut rencontrer des personnages avec lesquels on peut être émotionnellement engagé parce que l’on peut lire leurs émotions sur leur visage”, explique Colin Urquhart, CEO de DI4D.

La recherche scientifique combinée au divertissement rapproche l’IA et les êtres virtuels de notre vie quotidienne, et prépare le terrain pour le prochain grand pas de la VR avec les assistants virtuels. Aux VR Days, assistez à la session sur l’AI et les humains virtuels le 15 novembre au Forum. Dans le contexte de la santé, de la formation et des ressources humains, découvrez quand il est bénéfique et éthique d’utiliser les humains virtuels. Jusqu’à quelle limite peut-on les présenter comme humain et qui est responsable de cette IA ? Quel genre de relation sommes-nous en train de créer avec eux et comment les vrais humains font-ils face à cela ? Venez écouter des speakers experts, tels que : Marco DeMiroz, Remmelt Blessinga, Skip Rizzo, Cameron-James Wilson, Matthew Whitmann, Meeri Haataja, Dorothea Baur and Anna Zhilyaeva.

Source : Medium (avec Faye Maidment, CMO de Facemoji)

À propos de l'auteur

Rédactrice de contenus à Laval Virtual. Obnubilée par les adverbes et la ponctuation, les synonymes et les mots-clefs sont mes guides au quotidien. Chasseuse de cas d'usage inspirants sur la VR/AR et les techniques immersives.
Recevez le meilleur de notre blog toutes les deux semaines !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article pourrait aussi vous intéresser...
Des solutions pour réduire la douleur aux VR Days